S
ervice de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale

Nederlands

Des faits et des chiffres

 

Le risque de tomber dans la pauvreté est-il plus élevé chez les personnes peu qualifiées ?

Dernière mise à jour : 09/08/2016

Oui. Les personnes peu qualifiées éprouvent souvent plus de difficultés pour s'intégrer sur le marché du travail. Le risque d'exclusion sociale est par conséquent plus élevé dans leur cas.

Commentaire :

Dans notre société, le niveau d'instruction détermine de plus en plus la position d'un individu sur l'échelle sociale. Dans notre société de la connaissance, les personnes peu qualifiées risquent de plus en plus de rester sur la touche. Les personnes peu instruites courent un risque de pauvreté nettement plus élevé (27,8 %) que celles très instruites (6,6 %) selon l'enquête EU-SILC 2015. Le risque de pauvreté parmi les personnes avec un faible niveau d’éducation a augmenté fortement passant de 18,7 % (EU-SILC 2005) à 27,8 % (EU-SILC 2015). 'Les causes principales de cette évolution sont (1) la détérioration de l’accès sur le marché du travail (segmentation du marché) et (2) la diminution de l’adéquation des prestations sociales. (Source : SPF Sécurité sociale, Analyse de l’évolution de la situation sociale et de la protection sociale en Belgique, juin 2016, p. 99)


Tableau
1
0a : Taux de risque de pauvreté (<60 % du revenu net médian) selon le niveau d'éducation (personnes de 18-64 ans), la Belgique, SILC 2005-2015

SILC

Faible niveau d'éducation

Niveau moyen d'éducation Haut niveau d'éducation
Total Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme
2005 18,7 17,0 20,4 11,1 10,1 12,1 4,4 4,2 4,7
2006 18,8 16,9 20,7 11,0 9,9 12,2 5,6 5,4 5,8
2007 19,9 19,8 20,0 11,5 9,9 13,2 5,7 5,7 5,8
2008 20,6 18,3 23,0 10,9 9,4 12,5 5,3 5,5 5,2
2009 22,2 18,5 26,0 9,8 8,7 11,0 5,2 5,6 4,8
2010 22,7 20,5 25,0 9,8 8,8 10,8 5,2 6,0 4,6
2011 25,5 22,3 28,9 11,5 10,9 12,2 6,0 5,9 6,0
2012 26,3 24,2 28,6 11,3 9,4 13,4 7,1 7,3 6,9
2013 27,3 25,9 28,7 11,4 9,9 12,9 7,2 8,7 5,8
2014 28,5 25,8 31,4 13,5 12,0 15,3 6,5 6,5 6,4
2015 27,8 22,1 33,6 14,0 12,5 15,6 6,6 7,4 5,9

source : Eurostat : EU-SILC


En 2015, en Belgique 14,4 % de la population de plus de 15 ans ne disposaient d'aucun diplôme ou avaient décroché un diplôme d'enseignement primaire, 20,8 % avaient décroché un diplôme d'enseignement secondaire inférieur, 35,3 % un diplôme d'enseignement secondaire supérieur, 15,
0 % un diplôme d'enseignement supérieur de type court ou une formation  professionnalisante et 14,5 % un diplôme d'enseignement supérieur de type long, un diplôme universitaire ou un bachelier académique ou master. Les tableaux 10 c et 10d montrent le taux de scolarisation des jeunes en Belgique en comparaison avec les autres Etats membres de l’Union européenne. Le pourcentage de jeunes de 18 à 24 ans peu qualifiés (= ayant terminé l’enseignement secondaire inférieur au maximum) oscille autour de la moyenne européenne, tandis que celui des jeunes âgés de 30 à 34 ans hautement qualifiés (= ayant au moins terminé l’enseignement secondaire supérieur) est supérieur aux moyennes européennes.
 

Tableau 10b : Niveau d'instruction de la population (15 ans et +) - en pourcentage, la Belgique (2010-2015)

Diplôme obtenu

2010

2011

2012 (b)

2013

2014 (c)

2015

Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Primaire ou sans diplôme 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Secondaire inférieur 19,2 18,9 18,7 17,5 15,7 14,4
Secondaire supérieur 20,2 19,5 19,2 19,5 20,5 20,8
Supérieur non - universitaire de type court 33,2 34,3 34,1 34,9 34,5 35,3
Niveau non universitaire type court / formation professionnalisante ou de transition (à orientation professionnelle) (a) 14,0 13,8 13,3 12,9 14,8 15,0
Niveau non universitaire type long / Niveau universitaire / Bachelier académique ou Master (a) (b) 13,4 13,3 14,6 15,2 14,5 14,5

(a) Depuis 2008, l’Enquête sur les forces de travail tient compte de la structure BaMA pour l’enseignement supérieur. Les bacheliers issus du cycle professionnalisant sont regroupés dans la même catégorie que les diplômés de niveau non universitaire de type court. Tant le diplôme de bachelier académique que celui de master obtenu dans une haute école sont assimilés au niveau supérieur non universitaire de type long. Ainsi, les diplômes de bachelier académique et de master obtenu dans une université sont assimilés au niveau universitaire. Cette rupture a des conséquences dans les chiffres depuis 2008. La structure BaMA a été introduite en 2004-2005 et les premiers bacheliers ont été diplômés en 2008.
(b) Changement de la formulation des modalités de réponse dans le questionnaire francophone.
(c) En 2014, la question portant sur le plus haut diplôme obtenu a été modifiée dans l'Enquête sur les forces de travail, ce qui peut avoir provoqué une rupture.
s
ource : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Enquête sur les forces de travail
 

Tableau 10c : Jeunes peu qualifiés* : pourcentage des jeunes de 18 à 24 ans ayant obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur au maximum, la Belgique, des pays voisins et l'UE-28, 2010-2015

  2010 2011 2012 2013 2014 2015
Belgique 11,9 12,3 12,0 11,0 9,8 (b) 10,1
Allemagne 11,8 (b) 11,6 10,5 9,8 9,5 (b) 10,1
France 12,7 12,3 11,8 9,7 (b) 9,0 (b) 9,3
Pays-Bas 10,0 (b) 9,2 8,9 9,3 (b) 8,7 (b) 8,2
UE-28 13,9 13,4 12,7 11,9 11,2 (b) 11,0

* Il s'agit de CITE 2011 (Classification Internationale Type de l'Education), 0-2
(b) rupture de série
s
ource : Eurostat : Base de données Education et formation sur la base de l'Enquête sur les forces de travail


Tableau 10d : Jeunes fortement qualifiés* : pourcentage des jeunes de 30 à 34 ans ayant au moins obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur, la Belgique, d
es pays voisins et l'UE-28, 2010-2015

  2010 2011 2012 2013 2014 2015
Belgique 44,4 42,6 43,9 42,7 43,8 (b) 42,7
Allemagne 29,7 (b) 30,6 31,8 32,9 31,4 (b) 32,3
France 43,2 43,1 43,3 44,0 (b) 43,7 (b) 45,1
Pays-Bas 41,4 (b) 41,2 (b) 42,2 43,2 (b) 44,8 (b) 46,3
UE-28 33,8 34,8 36,0 37,1 37,9 (b) 38,7

* Il s'agit de CITE 2011 (Classification Internationale Type de l'Education), 5-8
(b) rupture de série

source :
Eurostat : Base de données Education et formation sur la base de l'Enquête sur les forces de travail


25,3 % de la population belge de 25-64 ans a au maximum un diplôme du secondaire inférieur en 2015. La population peu qualifiée est davantage masculine que féminine.  Elle est proportionnellement plus nombreuse à Bruxelles et en Wallonie qu'en Flandre.
 

Tableau 10e : Pourcentage de personnes ayant un faible niveau d'études* dans la population adulte (25-64 ans) selon le sexe, la Belgique et les régions, 2015

  Belgique Région de Bruxelles-Capitale Région flamande Région wallonne
Femme 24,2 29,3 21,8 26,8
Homme 26,4 31,2 24,0 29,1
Total 25,3 30,2 22,9 28,0

* Un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur au maximum, CITE 2011 (Classification Internationale Type de l'Education), 0-2
s
ource : Eurostat : Base de données Education et formation sur la base de l'Enquête sur les forces de travail

 

En comparaison avec des pays voisins et la moyenne européenne, le pourcentage d'adultes peu qualifiés en Belgique est plus élevé (25,3 % envers 23,5 % de l'UE-28).
Une faible qualification est en général assez fortement liée à l'âge, les personnes plus âgées étant plus souvent moins qualifiées que les jeunes (Belgique: 39,3 % envers 17,5 %). Le pourcentage de personnes peu qualifiées d'origine hors de l'Union européenne est étonnamment élevé (Belgique: 42,8 %). De nombreuses personnes peu qualifiées sont inactives (47,5 %) ou demandeuses d'emploi (36,6 %).
 

Tableau 10f :  Pourcentage de personnes ayant un faible niveau d'études* dans la population adulte (25-64 ans) selon des caractéristiques socio-économiques, la Belgique, des pays voisins et l'UE-28, 2015

  Belgique Allemagne France Pays-Bas UE-28
Total 25,3 13,2 22,5 23,6 23,5
Homme 26,4 11,5 21,8 22,7 23,4
Femme 24,2 14,9 23,1 24,5 23,6
           
Âge          
25-34 17,5 12,7 13,5 14,4 16,6
35-44 18,6 13,6 15,9 18,5 19,9
45-54 26,2 12,7 24,8 25,4 25,4
55-64 39,3 14,0 35,4 35,1 32,0
           
Pays de naissance          
Pays déclarant 22,5 8,6 19,7 22,3 22,1
Pays étranger 37,1 - 39,2 31,3 32,2

-Pays de l'UE-28 hors pays déclarant

29,2 - 37,0 18,6 23,6

-Extra-UE-28

42,8  - 39,9 35,2 36,3
    -      
Statut d'activité          
Travailleur 16,8 9,8 16,3 18,3 17,3
Chômeur 36,6 26,9 30,7 29,0 36,8
Inactif** 47,5 26,4 40,7 45,6 40,2

* Un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur au maximum, CITE 2011 (Classification Internationale Type de l'Education), 0-2
** Les personnes qui ne sont ni en emploi (BIT) ni au chômage.

source
: Eurostat : Base de données Education et formation sur la base de l'Enquête sur les forces de travail
 

Le pourcentage de personnes quittant prématurément l’école, c’est-à-dire les élèves qui quittent l’enseignement secondaire, sans diplôme, s’élève à 10,1 % en 2015 (la moyenne européenne = 11,0 %). Cette proportion est bien plus élevée en Région bruxelloise que dans le reste du pays, c'est-à-dire 15,8 % contre 7,2 % en Flandre et 13,1 % en Région wallonne. Selon la Stratégie Europe 2020, le pourcentage de jeunes déscolarisés prématurément doit passer sous les 10 %;  la Belgique a fixé son propre objectif à un abaissement du taux de décrochage scolaire à moins de 9,5 % pour 2020. ( La lutte contre l’abandon scolaire: une contribution essentielle à la stratégie Europe 2020).
Plus d'hommes que de femmes quittent l'école
sans diplôme, une différence de 3 point de pourcent en 2015 en Belgique.
 

Tableau 10g : Interruptions prématurées de scolarité* (population de 18 à 24 ans) selon le sexe - moyennes annuelles, l'UE-28, la Belgique et les régions, 2010-2015

  UE-28 Belgique Région de Bruxelles-Capitale Région flamande Région wallonne
2010          
Total 13,9 11,9 18,4 9,6 13,7
Femme 11,9 10,0 16,5 7,7 11,5
Homme 15,8 13,8 20,4 11,4 15,9
2011          
Total 13,4 12,3 18,9 9,6 14,7
Femme 11,5 9,7 16,8 7,0 11,7
Homme 15,3 14,9 21,3 12,1 17,7
2012          
Total 12,7 12,0 20,1 8,7 14,8
Femme 10,9 9,5 16,3 6,8 11,7
Homme 14,5 14,4 24,1 10,5 17,9
2013          
Total 11,9 11,0 17,7 7,5 14,7
Femme 10,2 8,7 16,1 5,7 11,4
Homme 13,6 13,2 19,4 9,3 17,8
2014*          
Total 11,2 9,8 14,4 7,0 12,9
Femme 9,6 7,7 11,2 5,7 9,9
Homme 12,8 11,8 17,5 8,3 15,9
2015          
Total 11,0 10,1 15,8 7,2 13,1
Femme 9,5 8,6 14,8 5,8 11,1
Homme 12,4 11,6 16,9 8,6 15,0

Les chiffres sont des moyennes annuelles.
* Définition des "Interruptions prématurées de scolarité" : pourcentage de personnes âgées de 18 à 24 ans qui n'ont pas un diplôme du secondaire supérieur et qui ne suivent plus aucune forme d'enseignement ou formation. Les personnes en vacances scolaires ne sont pas considérées comme étant en interruption prématurée de scolarité.
** En raison d'un changement dans la formulation de la question, les résultats ne sont pas tout à fait comparables avec ceux des années précédentes.
s
ource : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Enquête sur les forces de travail et Eurostat : Base de données Education et formation sur la base de l'Enquête sur les forces de travail
 

Aujourd'hui, beaucoup de jeunes issus de milieux défavorisés se retrouvent encore dans l'enseignement spécial. Une explication possible de ce phénomène : l'enseignement spécial offre un encadrement que n'offre pas toujours l'enseignement général : les coûts sont moindres, le transport est assuré, l'accessibilité est plus grande, l'élève bénéficie d'une attention personnalisée et ciblée, des logopèdes et des kinésithérapeutes sont présents sur place et il ne faut plus faire appel à eux en dehors de l'école. Toutefois, le certificat qui est délivré à la fin n'offre pas les mêmes perspectives que celui de l'enseignement général, ce qui pose des problèmes au moment de l'insertion professionnelle. En Flandre, 6 % des élèves de l'enseignement primaire suivent l'enseignement spécial (année scolaire 2014-2015). En Communauté française, ce pourcentage est de 5 % (année scolaire 2013-2014). Pour l'enseignement secondaire, le pourcentage est pratiquement identique dans les deux communautés, à savoir 4,5 %.
 

Tableau 10h : Pourcentage de jeunes dans l'enseignement spécial (*) selon le niveau d'enseignement, Communauté flamande, 2014-2015

  2014-2015
Enseignement maternel 0,7
Enseignement primaire 6,3
Enseignement secondaire 4,7

(*) Les élèves du types 5 ne sont pas repris dans les chiffres de l'enseignement spécial
source
: Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming, Stafdiensten Onderwijs en Vorming: Statistisch jaarboek van het Vlaams onderwijs - schooljaar 2014-2015
 

Tableau 10i : Pourcentage de jeunes dans l'enseignement spécial, Communauté française, 2013-2014

 

2013-2014

Enseignement maternel

0,7

Enseignement primaire

5,3

Enseignement secondaire

4,6

source : Fédération Wallonie-Bruxelles/ETNIC: Les indicateurs de l'enseignement 2015
 

L'enseignement spécialisé accueille des élèves issus de milieux plus défavorisés: cliquez ici pour des données pour la Communauté française.
source : Fédération Wallonie-Bruxelles/ETNIC: Les indicateurs de l'enseignement 2015
 

En Flandre, au cours de l’année scolaire 2014-2015, 1,3 % des élèves de l’enseignement fondamental avaient un retard de 2 ans ou plus. Dans l’enseignement secondaire, ce chiffre s’élève à 6,0 %.
 

Tableau 10j : Pourcentage des jeunes ayant deux ans ou plus de retard scolaire, selon le niveau d'enseignement, Communauté flamande, 2014-2015

  2014-2015
Enseignement primaire 1,3
Enseignement secondaire 6,0

source : Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming, Stafdiensten Onderwijs en Vorming: Statistisch jaarboek van het Vlaams onderwijs - schooljaar 2014-2015
 

En Communauté française, au cours de l’année scolaire 2013-2014, 3 % des élèves de l’enseignement fondamental (P4) avaient un retard de 2 ans ou plus. Dans l’enseignement secondaire (S4), ce chiffre s’élève à 25 %.
 

Figure 10.1 : Rythmes scolaires individuels dans l’enseignement ordinaire, Communauté française, 2013-2014


M=Enseignement maternel; P=Enseignement primaire ; S=Enseignement secondaire
légende : vert=à l'heure; orange=retard d'un an; violet=retard de 2 ans et plus
source :
bron: Communauté française/ETNIC : Les indicateurs de l'enseignement 2015, fig. 10.1, p. 31; Fiche: Retard scolaire dans l’enseignement ordinaire de plein exercice
 

De grandes différences semblent exister entre Belges et non Belges, la deuxième catégorie présentant un retard bien plus important.
 

Tableau 10k: Pourcentage des jeunes ayant deux ans ou plus de retard scolaire dans l'enseignement primaire selon la nationalité, Communauté flamande, 2014-2015

  Communauté flamande
  Belges non-Belges
Filles 0,7 6,7
Garçons 0,8 7,1
Total 0,8 6,9

source : Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming, Stafdiensten Onderwijs en Vorming: Schoolse vorderingen en zittenblijven in het gewoon lager onderwijs in Statistisch jaarboek van het Vlaams onderwijs - schooljaar 2014-2015, p. 66-71
 

Tableau 10l: Pourcentage des jeunes ayant deux ans ou plus de retard scolaire dans l'enseignement primaire selon la nationalité, Communauté française, 2014-2015

 

Communauté flamande

 

Belges non-Belges
Filles 1,1 4,5
Garçons 1,4 5,0
Total 1,2 4,7

source : Communauté française/ETNIC
 

Tous les trois ans, le projet Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) de l'OCDE évalue les acquis des élèves de 15 ans de Belgique et du monde entier en lecture, mathématiques et sciences. En 2012, l'enquête Pisa s'est concentrée sur la culture mathématique. 19 % des élèves n’atteignent pas le niveau de base, le niveau 2, de compétence en mathématiques.
Il ressort des précédents cycles d'enquête du projet Pisa que la situation familiale des élèves a une influence sur leurs préstations scolaires : les élèves issus de familles qui ont un statut socioéconomique élevé obtiennent des résultats PISA plus élevés que les élèves issus de familles avec un statut socioéconomique bas. La Belgique combine une moyenne de niveau de prestation haute avec une très forte corrélation entre les prestations et l'origine socioéconomique. Les différences de prestations entre les élèves autochtones et les élèves d'origine étrangère diminuent significativement lorsque la situation socioéconomique est prise en compte. (source: OECD, PISA 2012 Résultats).

Figure 10.2 : Classement des pays PISA 2012 selon leur prestation en mathématiques et leur degré d' (in)égalité.


Légende:
Prestatie voor
wiskundige geletterdheid hoger/lager dan gemiddeld=performance en culture mathématique plus/moins élevée que la moyenne
Impact van socio-economische achtergrond kleiner/groter dan gemiddeld=impact de l'origine socioéconomique plus petit/grand que la moyenne
Axe-X: Percentage van de variantie in wiskundeprestatie dat verklaard wordt door de PISA SES-index= le pourcentage de la variation des prestations en culture mathématique expliqué par le PISA index de statut économique, social et culturel
Axe-Y: Gemiddelde prestatie voor
wiskundige geletterdheid=prestation moyenne en culture mathématique
source : De Meyer Inge, Warlop Nele, Van Camp Sigrid. Wiskundige geletterdheid bij 15-jarigen. Vlaamse resultaten van PISA2012. Universiteit Gent, Vakgroep Onderwijskunde, p. 100.
Pour les résultats relatives à PISA en Communauté française, cliquez ici.
 

Dernière mise à jour : 09/08/2016